Hommage à Gérard Avran

20131205_103843_20

 

Gérard Avran nous a quittés. C’était mon ami. Rescapé des camps de la mort et de la barbarie nazie, il n’a cessé de faire partager ce qu’il a vécu au sein de la FNDIRP et en particulier auprès des jeunes qu’il rencontrait régulièrement dans les collèges et les lycées. J’ai eu l’honneur d’avoir Gérard Avran, élu du groupe communiste, dans mon équipe municipale. Nous lui devons ce devoir de mémoire pour dire « plus jamais ça ! » à la barbarie nazie. C’est à lui que revient le monument dédié à tous les morts de la barbarie nazie que nous avons créé sur la coulée verte. Ce devoir de mémoire qui l’animait tant était pour Fontenay-aux-Roses un étendard que nous portions avec lui contre l’intolérance, le rejet de l’autre, le racisme et l’antisémitisme. Il restera pour toujours dans mon coeur et dans celui de beaucoup de Fontenaisiens. Je pense à sa famille, à son épouse qu’il rejoint aujourd’hui. Il peut compter sur moi et sur tous ses « camarades » pour poursuivre inlassablement la transmission de son message intemporel et universel qui est malheureusement toujours d’actualité. Un grand respect et une profonde tristesse pour ce grand Homme et ses combats contre la folie humaine.

Les Restos du Coeur à Fontenay

20131122_120117

 

C’est en 1994 que la nouvelle municipalité de l’époque a créé les restos du coeur à Fontenay-aux-Roses.

Chassés de la commune d’Issy-les-Moulineaux, les bénévoles des restos du coeur ont été accueillis dans notre commune.

Depuis 20 ans, ils sont accueillis dans la Maison de la Solidarité créée à cette occasion dans une partie de la Maison Boucicaut de l’avenue Lombart dont ils furent un des fondements.

Pascal Buchet insista fortement et avec succés pour que d’autres communes dans le sud des Hauts-de-Seine suivent l’exemple fontenaisien afin de ne pas concentrer sur la commune l’ensemble des personnes qui en avaient besoin. Une convention a été passée avec la ville de Sceaux pour continuer à accueillir les Scéens.

Bravo à tous les bénévoles qui agissent encore aujourd’hui pour qu’aucun Fontenaisien « ne puisse avoir faim ou avoir froid » comme le chantait Coluche et les artistes engagés dans les Enfoirés.

Au moment où ces lignes sont écrites, l’inquiétude règne depuis le changement de municipalité pour laquelle la solidarité n’est plus une priorité.

 

Une atteinte grave à la libre expression de l’opposition municipale

Une atteinte grave à la libre expression de l’opposition municipale

 

La nouvelle municipalité veut baillonner l’opposition municipale qui représente pourtant plus de 47 % des Fontenaisiens qui se sont exprimés en mars dernier aux élections municipales.

 

Toujours sans projet commun pour notre commune, la majorité n’agit que pour tenter de faire taire l’opposition municipale notamment dans le magazine municipal et plus encore en Conseil municipal. Ils ont en effet voté un règlement intérieur qui bafoue les droits élémentaires de l’opposition en particulier afin de nous empêcher de voter des voeux.

 

Nous avons dû déférer ce règlement illégal au Tribunal administratif.

Du jamais vu à Fontenay-aux-Roses !

 

Par cette tribune, qui nous l’espérons ne sera pas censurée, nous tenons à alerter les Fontenaisiens de cette atteinte dangereuse pour la démocratie locale et qui témoigne de la fragilité de la nouvelle municipalité.

 

« La libre communication des pensées et des opinions est un des droits les plus précieux de l’Homme. » (article 11 de la Déclaration des Droits de l’Homme et du citoyen de 1789)

 

Ne vous laissez pas faire ! Vos élus socialistes sont à votre disposition et continueront à vous défendre.

 

Pascal Buchet, Gilles Mergy, Despina Bekiari, Stéphane Cicérone

email: groupe.ps.fontenay@gmail.com

Le bureau de poste Scarron abandonné par la municipalité

La nouvelle municipalité de droite a choisi d’abandonner le centre commercial Scarron et le bureau de poste implanté grâce à l’action de Pascal Buchet. Selon la droite, ils n’étaient pas rentables !

Pascal Buchet  a dû intervenir le 21 novembre au Comité départemental de présence postale pour le maintenir jusqu’en 2015 mais après cela dépendra de la volonté de la nouvelle municipalité … autant dire qu’il est bien compromis!

Un service public en moins dans un quartier qui en a pourtant bien besoin notamment pour maintenir des commerces de proximité.

Après les Blagis que la droite veut aussi démolir, un triste exemple de plus parmi tant d’autres qui rappelle que la droite n’aime vraiment pas le service public et les quartiers qui ne votent pas pour elle !

Les Fontenaisiens apprécieront !

 

Le centre commercial Scarron abandonné par la municipalité

Le centre commercial Scarron devait faire l’objet d’une rénovation en 2014 afin de maintenir ces commerces de proximité dans ce quartier.

Mais la nouvelle municipalité a décidé d’abandonner cette rénovation considérant que ce centre commercial n’était pas rentable.

Le bureau annexe de la Poste que Pascal Buchet avait obtenu est lui aussi menacé par la nouvelle municipalité.

Les habitants de Scarron et de Sorrières apprécieront !

le cross scolaire supprimé par la municipalité !

20131016_111049

Chaque année, tous les enfants de toutes les écoles se retrouvaient pour le cross scolaire.

C’était avant le changement de municipalité.

Le cross scolaire 2014 n’aura pas lieu !

Tant pis pour les enfants et pour le sport partagé entre tous.

Un triste exemple parmi tant d’autres qui démontre que Fontenay n’est plus la ville pour les enfants !

 

 

Le cross

 

Le T6 arrive enfin !

Le T6 entrera en fonction le 13 décembre entre Chatillon-Clamart-Fontenay-Meudon-Vélizy

T6 BUCHET

 

Pascal Buchet, Maire de Fontenay-aux-Roses et Conseiller général des Hauts-de-Seine, était présent à Vélizy en octobre dernier pour l’arrivée de la première rame du T6 qui sera mise en fonction le 13 décembre 2014 entre le terminus de Châtillon-Montrouge de la ligne 13 du métro et Vélizy. Pour cet élu qui a été à l’origine de ce projet de tramway, ce fût avec une vive émotion qu’il a pris place dans la cabine du conducteur juste après Jean Paul Huchon, Président de la Région Ile de France.

Pascal Buchet raconte la véritable et difficile histoire du T6

un tramway appelé désir et plein d’avenir

« C’est avec mon collègue et ami, Thierry Wahl, Conseiller général de Châtillon à l’époque que nous avons pris l’initiative dès 1994 de créer ce tramway. Les habitants de nos communes et de Clamart attendaient depuis des années d’étendre par un transport en commun la ligne 13 du métro mais la frénésie immobilière voulue par la municipalité de Châtillon avait rendu impossible le prolongement du métro. Notre projet de tramway s’opposait au projet MUSE d’autoroute souterraine que voulait imposer alors Charles Pasqua qui présidait le Conseil général. Ce fût une vraie bataille politique mais nous savions que l’opinion soutenait notre projet et ne voulait pas celui de la droite départementale. Je me rappelle du débat que nous avions organisé au Théâtre de Fontenay arbitré par Robert Badinter où je défendais le tramway et Philippe Pémezec, le maire du Plessis Robinson, le projet pharaonique (48 MM francs) de son mentor. On nous opposait des pseudo arguments techniques du genre qu’un tramway ne pourrait jamais monter la pente de Clamart… Nous étions en avance en faisant le choix du transport en commun contre celui d’une autoroute qui aurait permis le déferlement d’automobiles sur nos communes. Mais nous étions minoritaires au Conseil général face à la droite qui dominait les votes.

L’arrivée de Lionel Jospin à Matignon en 1997 et celle de Jean Paul Huchon à la présidence de la région Ile de France en 1998 nous ont permis d’avoir gain de cause. Le projet MUSE qui ne pouvait se financer sans l’aide de l’Etat et de la Région était bel et bien enterré et notre projet de tramway se voyait inscrit dans le contrat de plan Etat-Région peu avant l’année 2000. Si notre projet de tramway T6 arrive aujourd’hui, nous le devons à Lionel Jospin et Jean Paul Huchon.

Le Conseil général présidé par Charles Pasqua a mis quelques années à s’y résoudre mais il faut reconnaitre qu’in fine le Département s’y est engagé pleinement aux côtés de la Région. Toutefois, nous n’étions qu’au début d’une longue série de retards qui ne cessaient de s’accumuler. Je dénonçais au Conseil général la lenteur du processus. Chaque année, le projet prenait une année de plus. Face à Nicolas Sarkozy, devenu Président du Conseil général en 2004, je lançais une phrase qui l’avait beaucoup irrité rappelant que Bertrand Delanoe allait créer le tramway des maréchaux en deux fois moins de temps que lui… Patrick Devedjian nous a expliqué récemment que les études des sols avaient été bâclées et qu’il avait dû les refaire…

Nous n’étions pas encore au bout de nos peines. Le matériel roulant choisi par les techniciens était un tramway sur pneu et seule une entreprise (LOR) ne pouvait le réaliser. Les difficultés de cette entreprise ont failli tout faire capoter et elle a dû être reprise par le groupe ALSTHOM pour permettre la construction des rames. L’aménagement du tracé qui se terminera début 2014 sous maître d’ouvrage du Département a subi aussi de grosses difficultés notamment pour permettre l’acquisition des parcelles nécessaires et repenser totalement la voirie en transformant la RD 906 (ancienne route nationale) austère, dangereuse  et à 4 voies en une rue plus conforme à la vie de nos communes avec des pistes cyclables, des abords végétalisés pour les piétons, des aménagements pour réduire le trafic et la vitesse des voitures.

Ce tramway arrivera donc plus de 20 ans après qu’on en ait lancé l’idée. Il transportera 82.000 passagers par jour et sera suite à ces retards probablement déjà à renforcer. Il est un atout formidable pour la desserte en transport en commun du cœur du sud des Hauts-de-Seine et donc du développement économique de nos territoires riches en habitations mais qui manquent d’emplois. C’est pourquoi, sans attendre, j’ai avancé l’idée de le renforcer et de le prolonger jusqu’à Paris pour rejoindre le tramway des maréchaux et vers Saclay. En effet, le T6 est la colonne vertébrale qui tisse le lien entre Paris et Saclay, ce que l’on peut immédiatement remarquer quand on regarde une carte. Je l’ai appelé tout naturellement le « Paris Saclay ». Son double prolongement pour lequel je me bats aujourd’hui sera essentiel pour que le sud des Hauts-de-Seine ne soit pas dépecé par le développement de Saclay comme on le voit aujourd’hui avec des grands établissements qui quittent le territoire pour aller s’implanter à Saclay ou ailleurs (ERDF, Ecole Centrale, Faculté de pharmacie…). C’est encore ce que nous disent les personnes qui vont y travailler et qui souhaitent un transport direct vers Paris mais aussi les entreprises prêtes à venir s’implanter avec l’arrivée du T6. Mais là encore, c’est à un nouveau combat politique à mener puisque le Grand Paris prévoit un métro d’Orly à Versailles (la ligne verte), un métro en pleine campagne au coût exhorbitant. Mais comme il y a 20 ans, je repars au combat pour convaincre toujours convaincre. Ce tramway T6 appelé désir est donc promis à plein d’avenir. »

 

 

 

 

http://nonaunsecondtoursarkozy-lepen.wesign.it/fr

Pour ne pas aboutir à un second tour Sarkozy-LePen, la seule solution est de rassembler la gauche et les écologistes pour une candidature unique en 2017 dès le 1er tour des présidentielles

Le principal enjeu démocratique nous concerne. On peut penser à une 6ème République ou améliorer fortement nos institutions. Mais l’urgence, confrontée à la réalité politique du pays et aux règles institutionnelles actuelles, est toute autre. Si la gauche et les écologistes partent désunis et séparés au 1er tour de la présidentielle de 2017, chacun sait aujourd’hui que la gauche ne sera pas au second tour et que nous n’aurons que le « choix » entre Marine Le Pen et Nicolas Sarkozy !

Comme des millions de Françaises et de Français, je ne veux pas de ce « choix » pour nos valeurs, nos convictions, pour la justice sociale, pour la République, pour l’avenir de nos enfants.

C’est notre urgence démocratique et nous devons y répondre dès maintenant en recréant les conditions de ce rassemblement sans quoi il sera bientôt trop tard.

Au-delà de nos débats qui nous divisent aujourd’hui, c’est cet appel à cette urgence démocratique que nous devons promouvoir partout.

On peut regretter ce mode de scrutin présidentiel qui élimine du second tour celle ou celui qui ne figure pas dans les deux premiers au 1er tour. Nous savons tous que Marine Le Pen et Nicolas Sarkozy seront ceux-là si la gauche et les écologistes partent séparés. Nous savons que le mode de scrutin ne changera pas d’ici 2017.

C’est maintenant que cela se décide et il faut que les citoyens; les sympathisants et les militants de  gauche et écologistes expriment cette nécessité démocratique aux leaders politiques des partis de gauche et écologistes.

Contrairement à 2002, nous savons que sans ce sursaut citoyen et une vraie prise de conscience de nos leaders de ce danger et de cette urgence démocratique, nous n’aurons pas de candidat-e au second tour de la présidentielle.

On ne pourra pas dire que nous ne savions pas.

Il n’est pas trop tard pour réussir cette exigence démocratique.

A chacun de prendre ses responsabilités,

 2017 ns lp

http://nonaunsecondtoursarkozy-lepen.wesign.it/fr