Biographie

  • 58 ans, père de six enfants

  • Médecin spécialisé en Néphrologie au Centre hospitalo-universitaire Avicenne à Bobigny

  • Maire de Fontenay-aux-Roses 1994-2014

  • Conseiller général des Hauts-de-Seine 1994-2015

  • Rapporteur de la commission Finances locales de l’Association des Maires de France

Mon parcours de vie et politique, je le dois à ma famille qui m’a transmis la force de l’engagement pour l’autre et la défense des valeurs de la République. Mon grand-père, Bernard Lafay, grand médecin résistant, parlementaire, ministre, Président du Conseil de Paris, et mon père, Professeur de médecine, m’ont donné en particulier l’envie de consacrer ma vie à la médecine et à l’action politique pour améliorer la vie des autres et venir en aide à ceux qui en le plus besoin.

Docteur en médecine spécialisé en Néphrologie. J’aime passionnément mon métier de médecin à l’hôpital public. La défense de l’Hôpital public et de la santé pour tous est quotidiennement au centre de mes combats.

Depuis que je suis élu, je n’ai jamais cessé de pratiquer la médecine. Je crois d’ailleurs qu’il est indispensable pour un élu de garder une activité professionnelle. J’exerce donc au Centre hospitalo-universitaire Avicenne à Bobigny. Ainsi, je connais les préoccupations de celles et ceux qui veulent articuler vie professionnelle et vie familiale.

A l’âge de 20 ans,lors de l’élection de François Mitterrand en 1981, je rejoins le Parti Socialiste. Très tôt, j’ai voulu m’engager pour plus de justice sociale et pour lutter contre les inégalités sociales, le racisme et toutes les formes de discriminations. Je milite aux côtés de Michel Rocard dont je deviens un de ses collaborateurs pour « faire de la politique autrement ».

En 1988, lorsque Michel Rocard devient Premier Ministre, Claude Evin, Ministre de la Santé, me missionne à la Direction des Hôpitaux pour améliorer la prise en charge en France des patients atteints par le SIDA.

Pendant mon internat aux Hôpitaux de Paris, je décide de rentrer à l’Institut de Sciences Politiques de Paris. J’en garde un très bon souvenir et deviens diplômé de Sciences politiques de la filière « Politique économique et sociale ».

En 1994, je suis élu conseiller général des Hauts-de-Seine sur le canton de Fontenay-aux-Roses. Je deviens alors le seul conseiller général socialiste du département face à Charles Pasqua, alors Président du Conseil général et ministre de l’Intérieur. Parmi mes nombreux combats pour un département plus juste, j’ai mené une bataille sans relâche contre le projet pharaonique d’autoroutes MUSE, la fac privée dite « Fac Pasqua » et j’ai dénoncé de nombreuses affaires occultes de la droite départementale. Je me bats contre la politique du tout automobile et contre le désengagement du Conseil général concernant les crèches. En 2009, j’interviens au Conseil général contre le népotisme de Nicolas Sarkozy qui veut placer son fils à la présidence de l’EPAD (établissement public de la Défense) ce qui m’attire la colère du Président de la République, Nicolas Sarkozy et de ses relais dans le département à commencer par le Procureur Courroye. Je me bats également au Conseil général pour obtenir d’importants moyens pour les projets de Fontenay-aux-Roses et parmi de nombreux exemples, mettre en place des aides en direction des personnes en difficulté, les personnes âgées, les personnes handicapées, le quotient familial au Collège ou encore le dispositif Bébé Dom d’aide aux familles qui recourent à des assistantes maternelles.

En juin 1994, j’ai le bonheur d’être élu Maire de Fontenay-aux-Roses à l’âge de 33 ans et réélu en 1995, 2001 et 2008. Vous trouverez ci-dessous mon attachement à cette ville que j’aime tant et les fondements de mon engagement municipal entouré d’une équipe Fontenay pour tous pour « faire de Fontenay, une ville pour tous où il fait bon vivre ».

Proche de Martine Aubry dès 1995, je suis élu en 2003 et réélu en 2005 et 2008, Premier Secrétaire de la Fédération du Parti socialiste des Hauts-de-Seine par les militants socialistes. Pendant 9 ans, je me bats au quotidien pour mener les socialistes à de nombreuses victoires aux élections locales dans les Hauts-de-Seine : cantonales (7 conseillers généraux), régionales (6 conseillers régionaux) et municipales (victoire à Clamart, Asnières, Colombes et une augmentation de 50 % des conseillers municipaux dans les 36 communes du département). Cette forte progression se traduit également par une majorité de gauche dans ce département jusqu’alors terre de mission pour les socialistes lors des régionales de 2008, avec un troisième sénateur de gauche (EELV) qui contribue à faire basculer le Sénat en 2011. François Hollande talonne Nicolas Sarkozy en 2012 dans son propre fief et en juin 2012, quatre députés socialistes sont élus alors qu’il n’y en avait plus depuis 1993.

 Préoccupé par la question des ressources des collectivités territoriales et de dette publique, je suis depuis 2006 Rapporteur de la commission Finances locales de l’Association des Maires de France.

 Très attaché à la défense des droits des sans papiers, j’ai été dès 1997 co-fondateur du collectif des maires pour les sans papiers avec Jack Ralite et Patrick Braouzec. Je suis d’ailleurs un des premiers à lancer un appel citoyen en faveur du droit de vote des étrangers aux élections locales.

 Tout mon parcours politique, de médecin et de père de cinq enfants et l’amour que je porte à Fontenay-aux-Roses fondent mon engagement sans relâche pour plus de justice, d’égalité et d’humanité.

 Notre slogan « faire de Fontenay-aux-roses, une ville pour tous où il fait bon vivre » prend tout son sens dans l’action municipale que j’ai l’honneur de conduire depuis 1994.

 Ainsi jusqu’en 2014, Fontenay-aux-Roses est restée une ville à taille humaine refusant le bétonnage, préservant ses espaces verts, sa mixité sociale et l’équilibre de son habitat pavillonnaire et collectif. Mon combat pour un logement décent accessible à tous m’a conduit à me battre contre les hausses de loyers en reconventionnant 1500 logements et en créant des logements passerelles pour lequel j’ai reçu le prix de la Fondation de l’Abbé Pierre. Afin d’associer économie et écologie, je mène un projet territorial de développement durable dans le cadre de l’agglomération Sud de seine créée depuis 2005 dont je suis le Vice président chargé des finances et de l’environnement.

 J’ai souhaité aussi que Fontenay devienne la Ville pour les enfants avec une politique éducative locale exemplaire avec notamment le projet Musique à l’école. Pour moi, penser la ville pour les enfants, c’est en effet penser la ville pour tous. Tout comme une ville qui prend soin de ses ainés, c’est prendre soin de nous tous.

 Première ville 30 de France et grâce à de multiples aménagements de sécurité pour les piétons et les cyclistes, Fontenay devient la plus sûre du département en réduisant par 3 le nombre des accidents de la route et j’obtiens l’écharpe d’or de la sécurité routière. Face aux difficultés persistantes liées à la circulation du RER B qui dessert la commune, je milite pour des moyens renforcés pour cette ligne primordiale pour de très nombreux Franciliens et Fontenaisiens au sein d’une association d’élus locaux. Partisan des transports en commun, je suis enfin à l’origine du projet de tramway T6 qui desservira la ville entre Chatillon et Vélizy en 2014 et du doublement des lignes de bus sur Fontenay.

 Médecin, j’ai également fait de la santé, une vraie priorité municipale. Après avoir développé le Centre municipal de santé, j’ai souhaité mettre en place un Contrat local de santé dans ma commune qui figure parmi les rares à avoir lancé cette démarche ambitieuse qui vise à réduire les inégalités d’accès aux soins et à accroître l’offre de soins sur son territoire.

 De nombreux équipements publics ont aussi été créés tels qu’une médiathèque, une maison de l’emploi et de la solidarité, une maison de l’enfant et des parents, une cuisine municipale, un marché couvert… Mon action vise la qualité de vie dans tous les quartiers avec de nombreux aménagements de qualité dans l’espace public.

 Enfin, soucieux de dialogue et d’écoute de la population pour prendre les meilleures décisions, je suis proche des Fontenaisiens, disponible et toujours sur le « terrain », présent chaque samedi sur le marché. Ce sont des moments que j’apprécie tout particulièrement car j’aime les gens. Nous avons également développé la participation citoyenne avec de nombreuses instances de démocratie locale, mis en place une Charte de la démocratie participative et créerons bientôt une maison des associations pour aider le tissu associatif de la commune.

Ce ne sont que quelques exemples des projets que j’ai mis en œuvre avec et pour les Fontenaisiens.

Pascal BUCHET